Now Reading
Quand j’ai appris que j’étais enceinte

Quand j’ai appris que j’étais enceinte

Devenir mère est un sacré changement dans la vie d’une femme. On ne sera plus jamais en mode solo, on devient responsable à vie d’un autre être humain. Ce n’est pas rien. On ne réagit pas toutes de la même manière à l’annonce de ce joli tsunami.

  • Monia: « J’avais fait des analyses après un retard de quelques jours. J’attendais les résultats. La laborantine m’avait dit de passer vers 10h. Je conduisais pour y aller. Je tremblais. Je me suis garée sur le bas côté et j’ai appelé le labo. Il m’était impossible de faire un mètre de plus. La voix au téléphone m’a dit: mabrouk. J’ai explosé en larmes. J’ai du pleurer non stop pendant une vingtaine de minutes sur le bas côté d’une route. J’aurais du mal à expliquer pourquoi je pleurais. C’était un mélange de beaucoup d’émotions: joie, peur, tristesse parce qu’une partie de ma vie venait de se terminer…Je sais juste que c’était incroyablement intense.« 
  • Fatma: « J’avais acheté un test en pharmacie. Je l’ai gardé 3 jours caché dans mon tiroir, sous mes chaussettes. J’étais sûre que j’étais enceinte. Je n’avais jamais eu un seul jour de retard de toute ma vie. Le truc, c’est que je n’étais pas encore mariée. L’idée d’avorter me brisait le cœur. J’ai fini par faire le test et comme je m’y attendais, il était positif. Je n’aurais pas été plus triste si on m’avait annoncé la mort de quelqu’un de cher. C’était exactement ça, en fait. Ce test positif annonçait la mort de mon bébé. Il aurait eu 8 ans et 3 mois aujourd’hui. J’ai deux enfants mais je ne l’ai jamais oublié. Je ne sais pas pourquoi mais je sais que c’était un garçon. Il m’arrive de lui parler en pleurant 8 ans après. Je l’aurais appelé Selim. Il s’appelle Selim. »
  • Henda« On venait de passer les fêtes de fin d’année. La soirée avait été passablement arrosée. Je m’étais réveillée avec ce que je croyais être une gueule de bois monstrueuse. Nausées et vomissements ont joyeusement animé ma journée. Et les journées suivantes. C’était quand même un peu long pour une gueule de bois. Au bout d’une semaine, ce n’était toujours pas passé. J’ai appelé notre médecin de famille pensant à un gros virus. Quand il a envisagé une grossesse cela m’a fait l’effet d’un coup de poing dans le ventre. Je n’y avais pas pensé une seule minute. J’étais mariée depuis seulement 6 mois et j’étais sous pilule. Je ne comptais pas avoir d’enfant si vite. Passé le choc, une onde de joie s’est déversée dans mes veines. Je ne tenais plus en place. J’ai fait le test qui a confirmé la grossesse. Bien que cela n’ait été ni prévu ni voulu, ce moment a été l’une des plus grosses joies de mon existence. »
  • Alia: « J’ai refait le test deux jours d’affilée. Toujours positif. J’étais en panique totale. Je ne voulais pas être mère. Je n’étais pas prête. Je ne voulais pas de responsabilité. L’idée que quelqu’un dépende de moi me terrifiait. Je ne l’ai dit à personne pendant plusieurs jours. Après je me suis faite à l’idée mais ça a été très progressif. Même le jour de l’accouchement, quand ma fille est arrivée, mes émotions étaient mitigées et la peur dépassait tout le reste. Finalement je m’en suis sortie. Elle a 11 ans aujourd’hui et elle a l’air plutôt normale 🙂 »

On a aussi posé la question aux papas. Et étonnamment, ils ont tous pratiquement une même réaction.


Article lié:
Quand les hommes apprennent que leur femme est enceinte

Binetna est un magazine féminin tunisien collaboratif
What's Your Reaction?
Excited
0
Happy
1
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2019 BINETNA. All Rights Reserved.

Scroll To Top