Épilation des enfants : y a-t-il un âge ?

L’apparition des poils survient généralement à l’approche de la puberté. Ceci dit, certains enfants peuvent avoir une pilosité importante bien avant ça. Si l’envie survient, chez l’enfant, de passer à l’épilation, il ne faut pas prendre la chose à la légère.

Accompagnez et soutenez votre fille dans cette phase !

À quel âge laisser votre fille s’épiler ?

Il est préférable d’attendre ses premières menstruations pour entamer l’épilation au risque d’augmenter le nombre de poils et de les rendre plus durs. Plus on repousse l’épilation, plus on a de chance d’avoir des poils fins et beaucoup moins nombreux.

Si on a une bonne hygiène corporelle, les poils ne causent aucun problème pour la santé. Bien au contraire, ils sont là pour protéger la peau des UV et des irritations.

S’épiler est avant tout une norme sociale.

Cependant, considérer l’épilation à un jeune âge peut être une solution pour traiter un mal-être émotionnel durable chez l’enfant. En effet, la pilosité chez les petites filles est souvent la cause de moqueries et de harcèlement à l’école.

Agir rapidement et prendre la peine de connaitre les raisons pour lesquelles votre fille veut s’épiler, peut lui épargner beaucoup de souffrances. Est-ce un complexe ou une question de confort ?

Prenez en considération ses envies et gardez l’esprit ouvert. C’est vrai que vous n’êtes pas de la même génération et peut-être que les choses n’étaient pas les mêmes à votre époque, mais les normes sociales changent et les besoins des enfants évoluent.

Si votre fille est de nature timide et introvertie et qui n’est pas du genre à vous faire part de son malaise, gardez un œil sur elle et soyez à l’affut d’un quelconques soucis. Si vous avez un doute, abordez le sujet en la rassurant.

L’image de soi est importante. Si votre fille n’a aucun problème avec sa pilosité, ce n’est pas la peine de lui mettre la pression (oui, certaines mamans, pour éviter que leurs enfants ne soient persécutés, prennent l’initiative d’anticiper les choses et les poussent à s’épiler). Si au contraire, cela cause une souffrance psychologique, il est préférable d’entamer le processus progressivement.

Entamer le processus d’épilation progressivement

Votre fille est gênée par la petite moustache sur sa lèvre supérieure ou refuse de mettre des jupes à cause des poils qu’elle a sur les jambes ?

Trouvez des solutions qui peuvent l’aider à calmer ses angoisses et lui éviter des complexes.

Il vaut mieux l’aider et l’accompagner que d’ignorer ses besoins. De toute façon, elle finira par le faire seule.

La décoloration

Les crèmes décolorantes sont à base d’eau oxygénée et permettent de décolérer et rendre le poil invisible. Évitez toutefois de l’utiliser sur les zones intimes et sensibles.

Le rasoir et les crèmes dépilatoires

Faciles à utiliser et totalement indolores, le rasoir et les crèmes dépilatoires sont une alternative facile et rapide, mais qui néanmoins stimule la repousse des poils et les rend plus durs. Attention à l’utilisation des crèmes ! Il est recommandé de faire un test, avant utilisation, sur le bras pour éviter les allergies.

La cire

Attendre idéalement la puberté, l’épilation à la cire reste le moyen le plus efficace pour se débarrasser des poils gênants, bien qu’elle soit douloureuse. Cette technique permet d’arracher entièrement le poil et de fragiliser le bulbe. Ainsi, ça met plus de temps à repousser. Toutefois, il faut utiliser la cire tiède ou froide pour préserver la peau sensible de vos fillettes.

Le laser ou lumière pulsée

Un acte purement médical, l’épilation au laser divise les praticiens. Certains affirment qu’on peut entamer cette technique tôt. D’autres, qui sont contre, soutiennent qu’à cause du jeune âge, les poils des enfants ont une capacité de régénération plus résistante. Dans tous les cas, il est nécessaire de consulter un médecin avant d’envisager cette alternative.

Ce que pensent les mamans !

« Si une enfant demande à s’épiler, c’est qu’elle n’est pas bien dans sa peau ! Je suis pour bien sûr, l’essentiel, c’est qu’elle se trouve belle et qu’elle ne soit pas un sujet de moquerie »Sahar

See Also
Plongez dans l'univers du Fil d'Or 2024 à Tunis, orchestré par Nizar Chargui. Découvrez l'élégance des défilés de mode et la créativité des créateurs tunisiens et internationaux lors de cet événement emblématique.

« Je suis en général contre mais si une fillette a une moustache très visible , qu’elle est victime de moqueries . Je comprends »Khaoula

« Personnellement, je n’ai aucun problème avec l’épilation des enfants si c’est à leur demande. Quand une fille demande à s’épiler, c’est que ça la dérange vraiment. Je suis pour bien-sûr. » Emna

« J’estime que si la fillette le demande, c’est parce que ça la gêne. C’est normal surtout pour la moustache. C’est bon signe et ça prouve qu’elle va être coquette. Sous les bras, c’est moi qui ai proposé, ça diminue l’odeur surtout pendant l’adolescence. C’est pour une meilleure hygiène. »Chiraz

« Mes 2 filles (11 et 9 ans), l’été dernier, je leur ai fait une épilation pour lèvre supérieure et jambes puisque nous avions des évènements et qu’elles ont une forte pilosité. Mais après, j’ai arrêté jusqu’à l’été prochain. »Amira

« Je suis pour l’épilation des jambes et de la moustache. C’est nécessaire à partir de l’âge de 14ans » –Yara

« Si ma fille me le demande. Je n’y vois aucun inconvénient, l’essentiel, c’est qu’elle se sente bien dans sa peau. Sinon ma fille assume parfaitement sa pilosité et cela ne lui pose aucun problème »Wafa

« Je crois qu’il y a un âge pour toute chose. Il y a une différence entre la perception de son propre corps étant enfant et étant adolescente. Pendant son jeune âge j’ai insisté sur le côté naturel de la pilosité et aussi sur le fait qu’on n’agresse pas son propre corps pour plaire aux autres ou simplement pour faire comme les autres.. on habite au bord de mer, donc notre priorité est de s’amuser et non de s’inquiéter des regards des autres. Plus tard, étant adolescente, c’était plus une question d’hygiène, et d’être bien dans son corps. Toujours est-il que maintenant, elle est consciente que plus on enlève, plus ça pousse. Et du coup, ce n’est pas un objectif d’être toujours épilée. Elle laisse pour les occasions (tournois de gym, sortie natation entre amis ou port de robe-chose qu’elle fait rarement-) »Mariem

« Je ne suis pas du tout contre. Ma fille a des poils, j’essaie de la convaincre pour les enlever, mais c’est elle qui ne veut pas »Asma

« Je le ferais à sa demande peu importe l’âge. Les moqueries des autres peuvent créer des traumatismes chez l’enfant qui mettrons du temps a se soigner s’ils se soignent ! Donc oui ! L’image de soi est le pilier de la confiance en soi et ça se travaille des le jeune âge. »Leila

« La forte pilosité de ma fille de treize ans la complexe tellement que s’il y a une possibilité d’une épilation définitive, je n’hésiterai pas. Chaque séance d’épilation est une torture, ça repousse tellement vite et les ados d’aujourd’hui sont d’une méchanceté incroyable avec leurs remarques et moqueries. Ça la complexe énormément et maintenant, elle aura des séances de natation obligatoires au collège au deuxième semestre, je ne vous raconte pas son état même si bien entendu, elle y va épilée … Donc ça dépend vraiment des tempéraments des filles, je pense. Certaines arrivent à assumer et à être pleinement convaincues que c’est naturel et d’autres ça les complexe et les met mal à l’aise » –Imen

Restez connecté(e) et suivez-nous sur nos pages :

Binetna est un média féminin tunisien à impact positif.
Binetna.tn est un magazine féminin tunisien
What's Your Reaction?
Excited
1
Happy
1
In Love
1
Not Sure
0
Silly
0
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2019 BINETNA. All Rights Reserved.

Scroll To Top